Stop aux contraintes et dysfonctionnements du système traditionnel des titres restaurant !

03/2023

Conseils pratiques

Les titres restaurant sont une véritable institution, un avantage social généralement très apprécié et une source de revenus non négligeable pour de nombreux restaurateurs. 

Mais cela ne veut pas dire que ce vieux système qui fonctionne toujours sur des fondamentaux définis dans les années 1960 soit exempt de contraintes et dysfonctionnements.

Inconvénient n°1 : un prélèvement fixe obligatoire 

Titre restaurant, qu’on fonctionne avec des chèques papier ou une carte titre resto, signifie dans le système traditionnel un prélèvement fixe systématique sur le salaire en début de mois. Idem pour l’entreprise.

Et cela, quel que soit le profil, les besoins et les envies de chaque salarié. Peu importe qu’il utilise, ou ait envie d’utiliser, les titres restaurant un peu, beaucoup ou pas du tout, c’est toujours le même montant prélevé chaque mois.

Cela peut sembler normal tellement on y est habitué. Mais en fait ce n’est plus nécessaire avec Openeat ! Chaque salarié peut retrouver sa liberté de choix dans la façon dont il dépense son argent.

Inconvénient n°2 : le pré-paiement

Au prélèvement fixe obligatoire s’ajoute le principe du pré-paiement. Les titres-restaurant sont payés à l’avance par les salariés et les entreprises, sans savoir quand ce sera dépensé, ni si tout sera dépensé.

Ainsi, les soldes de titre resto peuvent gonfler sans être dépensés, les chèques papier s’empiler (ou se perdre) que ce soit par oubli ou parce qu’on n’en a pas vraiment besoin. Dans le meilleur des cas, le salarié finit par réussir à dépenser cette avance en donnant un coup d’accélérateur à sa consommation, dans le pire des cas, c’est de l’argent perdu.

Inconvénient n°3 : le refus par certains restaurateurs

Aller au restaurant et se voir refuser son titre restaurant, qu’il soit au format papier, ou plus souvent encore au format carte, c’est quand même énervant. C’est pourtant assez fréquent, de nombreux restaurateurs préférant se passer de cette source de revenus que d’accepter le contrat et les commissions imposées par les émetteurs de titres restaurant.

Et si l’on veut commander un repas via une plateforme de livraison, la carte titre restaurant est encore bien plus souvent refusée car le restaurateur doit ainsi cumuler la commission de la plateforme généralement aux alentours de 30% et celle de l’émetteur de titres restaurant.

 

Inconvénient n°4 : gérer une carte en plus (si on n’utilise pas de chèques papier)

Elles s’y sont souvent habituées mais c’est toute une organisation chaque mois pour les entreprises de réceptionner puis distribuer les titres restaurant papier. Avec la digitalisation du système et l’apparition des cartes, c’est un peu plus simple. Mais il faut toujours distribuer la carte au démarrage.

Et pour les salariés, que veut dire avoir une carte en plus pour les titres restaurant ? Qu’ils doivent se souvenir d’un code supplémentaire. Et qu’ils doivent avant chaque paiement se demander s’ils sont dans un commerce éligible aux titres restaurant pour savoir quelle carte dégainer.

On peut ajouter qu’à la première connexion d’une carte titre restaurant chez un restaurateur, l’identifiant de son terminal de paiement électronique n'est pas reconnu et donc toute transaction on line refusée.

Et la planète, les cartes en plastique supplémentaires, elle n’aime pas cela non plus.

Inconvénient n°5 : des intermédiaires captent une grande partie de la valeur

Dans le vieux système du titre restaurant basé sur le paiement à l’avance, beaucoup d’acteurs intermédiaires gèrent la production, la distribution et le suivi des chèques papier ou le chargement et la comptabilité des cartes avec les commerçants. Ils captent ainsi une grande partie de la valeur.

Toutes ces contraintes et dysfonctionnements peuvent donner l’impression qu’on doit faire avec car le système est ainsi et qu’on ne peut pas le changer. Mais non ! On peut faire différemment. Chez Openeat, nous avons décidé de prendre le taureau par les cornes et de trouver des solutions à tous ces inconvénients des titres restaurant qui semblent normaux ou insolubles. Nous avons décidé de rendre le système des titres restaurant vraiment juste et efficace car les technologies d’aujourd’hui le permettent.

Concrètement, cela veut dire quoi : 

Zéro avance : pas de prépaiement des titres restaurant, salariés et entreprises ne paient qu’au moment de la dépense.

Zéro argent bloqué ou perdu : salariés et entreprises ne paient que ce qui a été réellement dépensé. Finis les titres restaurant payés et non dépensés, parfois jamais récupérés ! Finis les soldes qui gonflent et bloquent de l’argent qu’on pourrait dépenser autrement.

Zéro refus restaurateurs : l’app Openeat fonctionne d’office chez tous les restaurateurs et commerçants car elle fonctionne via la carte bancaire habituelle de chacun, pas avec une carte spécifique. Et ils se réjouissent car la commission est très faible et n'est pas obligatoire pour accepter le titre restaurant Openeat.

Zéro carte supplémentaire : pas de chèques papier, pas de carte en plus. Chacun utilise sa CB habituelle. Finies les distributions de papier et de cartes. Finis les oublis de code et les mélanges de carte.

Zéro intermédiaire : plus besoin d’émetteurs de titres restaurant pour organiser le pré-paiement des titres restaurant. C’est gagnant-gagnant pour les salariés, les entreprises et les restaurateurs.

Pour en savoir plus sur Openeat et les innovations qui nous ont permis de faire disparaître tous les inconvénients des titres restaurant en réinventant un vieux modèle des années 1960, c’est ici : La désintermédiation du marché du titre restaurant : la rupture Openeat !

Article précédent
Pas d'article précédent
Article suivant
Pas d'article suivant

En lien avec cet article

Notre équipe répond à toutes vos questions

Merci, notre équipe reviendra vers vous dans les plus brefs délais !
Mince, une erreur est survenue lors de l'envoi de votre message... Réessayez à nouveau !